Les startup malgaches sur la bonne voie

Des startups malgaches se font maintenant leurs noms sur l’échiquier mondial. En l’espace d’une semaine, quatre startups récoltent les fruits de leurs durs labeurs. Trois d’entre-elles vont recevoir le soutien financier du milliardaire nigérian Tony Emelulu. L’une défendra son projet à la coupe du monde des startups, au Silicon Valley.

Est-ce l’année du départ des start-up malgaches ? Le trait sur le visage de Haja Raselison traduit sa joie de participer à la coupe du monde des startups ou World Startup cup. Ce jeune innovateur va défendre son projet multi-chargeur solaire dénommé « i-charge » au Silicon Valley, le berceau de la startup américaine, au mois de juin. « Je suis très heureux de représenter le pays à ce concours. Ce concours nous laisse une grande opportunité de démonter au monde entier notre capacité et nos ambitions. Et qu’à Madagascar, il a aussi des projets innovants », déclare-t-il. L’évènement sera très suivi de près par les géants de la nouvelle technologie qui n’hésite pas à injecter des pactoles pour soutenir ou acheter un projet.

« A part le trophée, il a aussi des soutiens financiers aux meilleurs projets », annonce Harinjaka Ratozamanana, président de Habaka. Cette organisation « pré-incubateur » est parmi les organisateurs du concours national des startups en juin 2014. Et c’est le projet i-charge de Haja Raselison qui a remporté le trophée.

Dans le lexique financier du site Lesecho.fr « un start up est une entreprise qui vient d’être lancée par ses dirigeants et actionnaires. Elle n’a pas de passé, ni probablement d’actifs corporels importants et elle évolue souvent dans un environnement technologique très mouvant. Enfin, ses flux de trésorerie disponibles sont négatifs pour quelque temps : son niveau de risque spécifique est donc très élevé ce qui explique qu’elle n’a pas d’autre choix que de se financer par capitaux propres. »

Google, Facebook, Intel, Twitter, Microsoft, Hewlett Packard, Apple, Dailymotion, Meetic, sont des startups devenus des géants de la nouvelle technologie.

Le soutien financier est nécessaire au succès du projet d’une startup. Les projets innovants attirent facilement des business angels ou les « anges des affaires ». Ces investisseurs particuliers qui n’hésitent pas à investir au sein d’une entreprise, de l’accompagnent et mettent à la disposition de l’entrepreneur, ses compétences, ses réseaux.

Hery Zo Rakotondramanana Hery Zo, Rijaniaina Jean Michel Randrianarisoa, et Stamhuis Jan Dirk figurent parmi les entreprises africaines soutenues par le milliardaire nigérian Tony Emelulu. Il a décidé fin 2014 de consacrer 100 millions de dollars sur dix ans pour lancer 1000 start-up africaines. Son objectif est d’amener ces 1000 entrepreneurs à créer 1 million de nouveaux emplois et 10 milliards de dollars de revenus annuels.

« Pour obtenir ce soutien, il suffit d’être entrepreneur africain ayant un grand potentiel en terme d’impact et enfin 87 questions en anglais qui concernent le projet : le marché, les investissements déjà réalisé, la taille du marché », explique Hery Zo Rakotondramanana, directeur exécutif de Nelli Studio. « Avec Nelli Studio, nous voulons aider nos partenaires à créer du contenu local pour smartphones ou tablettes », explique-t-il.

A Madagascar, les idées et projets n’en manquent pas. Avec peu de moyen, les jeunes startups malgaches arrivent à bien démarrer. « La clé de réussite est simple : il faut avoir une idée innovante et partager ses idées et frapper à la bonne porte pour obtenir du soutien. Habaka est une plate-frome de pré-incubation de ces jeunes startups à travers l’organisation de différents concours. Actuellement, des grosses pointures s’intéressent aux projets de startups malgaches », a fait savoir Harinjaka Ratozamanana. Qui sait si Google pioche ici ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s