Des questions autour de la télévision numérique terrestre

A neuf mois de la date butoir de l’effectivité de la télévision numérique terrestre (TNT), plusieurs questions restent encore sans réponse. Tout le monde s’inquiétait encore de ce projet.

Autant de question que de réponse. Les contenus audiovisuels deviennent-ils payants ou resteront-ils gratuit pour toujours ? Quelle société assurera la distribution des chaînes auprès des foyers malgaches ? Faut-il changer de poste téléviseur ? Autant de question que chaque foyer se posait aujourd’hui après le lancement du projet de télévision numérique terrestre (TNT). Depuis son lancement le 17 juin 2013, beaucoup d’eau ont coulé sous le pont. Tout le monde s’inquiétait, se doutait, et souhaitait avoir plus d’éclaircissement de la part des responsables du projet.

« S’il faut tout un tas d’investissement pour les particuliers, et payer pour avoir la télé chez soi, vaut mieux rester à l’analogique ou se tourner vers la télévision par satellite avec des programmes très instructifs et attractifs », se lamente un simple citoyen.

En effet, Madagascar et d’autres pays de l’Afrique ont choisi d’abandonner la télévision analogique au profit de la télévision numérique. Les recommandations conjointes de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) précisent que la transition vers la TNT en Afrique subsaharienne doit être achevée au plus tard le 17 juin 2015. Le calendrier initial prévoyait déjà le début de l’extinction du signal UHF depuis le mois de … juin dernier.

Mais cette transition coûtera combien aux particuliers ? Tout le monde s’inquiétait sur une éventuelle redevance audiovisuelle ou toute autre forme de péage à l’accès aux contenus audiovisuels. La diffusion et la distribution des contenus nécessitent le déploiement d’une infrastructure. Et qui dit déploiement dit investissement et rentabilité. D’ailleurs, ce changement de technologie de diffusion des chaînes télévisées implique une adaptation du matériel de réception dans chaque foyer. Ce qui n’est pas déjà équipés doivent s’investir. Mais à quels prix ? Le prix d’un décodeur ou adapteur TNT sur internet avoisinent les 20 Euros soit plus de Ar 60 000 avec le cours actuels.

« La télévision numérique terrestre nécessite autant d’investissement. Il y a un coût, surtout au niveau d’infrastructures. Il faut trouver un modèle de financement pour que ce soit gratuit. Et il ne faut pas oublier qu’il y a deux types de TNT, celle gratuite et l’autre payant. A mon humble avis, les chaînes gratuites doivent rester gratuites », expliquait Damien de Lamberterie, directeur général de Blueline dans la colonne de L’Express en juin 2013. Sa société est la première à lancer la TNT à Madagascar. Avec Blueline TV, les chaînes gratuites restent gratuites. L’abonné paie tout simplement le prix du décodeur.

Actuellement, dans le monde de l’audiovisuel, le montant de Ar 6000 par mois circulait déjà. Ceci représente la location des matériels pour chaque foyer.

« C’est une charge non-choisie pour les foyers. L’Etat et les acteurs du marché doivent l’alléger les frais d’acquisition ou mettre en place une mesure d’accompagnement. En plus, l’Etat doit interdire dès maintenant l’importation, la vente des téléviseurs non conformes aux normes utilisées dans la TNT, la DVB-T2 et MPEG-4 », suggère un téléspectateur.

En Tanzanie, le téléspectateur est tenu de « louer » le décodeur en s’abonnant au forfait de base de StarTime. Cette société s’activait déjà pour obtenir la licence de télédistribution de la TNT à Madagascar. Elle a déjà signé une convention avec le ministère de la communication de la Transition pour l’installation et l’exploitation des réseaux de transmission et distribution d’une offre de la télévision numérique, par satellite sur tout le territoire de Madagascar, et par antenne numérique terrestre et sur téléphone portable dans la ville d’Antananarivo. « Rien est encore décidé, ni le montant de l’abonnement, ni la société qui assurait la distribution des bouquets », se contentait d’expliquer un responsable auprès du ministère de la Communication. Quid de l’octroi de licence.

Madagascar n’aura plus que neuf mois avant la date butoir du 17 juin 2015, extinction définitive du signal analogique. Tout n’est pas encore dans l’ordre, à commencer par le cadre juridique régissant de ce passage au numérique et de la TNT. Quid de l’octroi de licence pour les diffuseurs, de la distribution du décodeur. Bref, une feuille de route numérique claire et détaillée.

Manque de communication

Ce changement touche bon nombre de foyers. L’Etat doit faire un grand effort de campagne de communication, d’information et de sensibilisation des populations sur la transition vers le numérique et ses impacts en termes d’offre de programmes et de besoins d’équipements. « Les ministères concernés doivent informer le public sur les avantages du passage de la télédiffusion analogique au numérique, et de fournir des informations et apporter un soutien permanent et pertinent à tous les citoyens du pays pendant tout le processus du passage au numérique », recommande Jean-Jacques Massima-Landji,  de l’Union international des télécommunications (ITU) lors du lancement de la TNT le 18 juin 2013.

Si tout reste encore dans le flou autour de la TNT, c’est que quelques part, il y a une manque de campagne de communication et de sensibilisation.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s