Des investissements faramineux dans le secteur telecom

Telma, Orange et Airtel ont injecté des dizaines de millions de dollars pour développer le secteur des télécommunications. Les investissements sont axés dans le développement d’infrastructure, l’extension de réseau, le déploiement de l’internet mobile.

Tout le monde ne veut pas jouer le rôle de figurant et veut être le numéro un. Mais pour en venir, il faut trouver la bonne recette, la bonne formule. Les opérateurs en télécommunication l’ont bien compris. Il faut des offres et services innovants pour favoriser une adoption globale des consommateurs. Une raison pour laquelle les investissements pleuvent ces dernières années malgré le contexte de crise politique.

Depuis 2009, les investissements colossaux des opérateurs privés au cours des dernières années ont conduit à l’expansion du secteur des télécommunications. Ils n’ont pas lésiné leurs moyens pour développer ses infrastructures et offrir les meilleurs services à leurs clients.

Le fait marquant est sans doute le déploiement d’une infrastructure en fibre optique dans le Nord du pays par Telma. Au mois de février, la société de télécommunication a signé un chèque de 20 millions de dollars à Sagemcom pour la mise en place de cette infrastructure. Et ce sans parler même des investissements que l’opérateur historique l’a déjà fait avec la mise en place du backbone national et le raccordement de Madagascar à Eassy qui a vu une participation de Telma à hauteur de 13 millions de dollars.

« Désormais, Telma dispose d’une infrastructure en fibre optique de 5 500km et 3 500km en faisceau hertzien, sans parler du réseau international. Depuis 2005, nous avons investi plus de 250 millions de dollars dans ces infrastructures », a annoncé le directeur général de Telma, Patrick Pisal-Hamida.

La libéralisation du secteur en juin 2008 était le principal catalyseur des investissements. Ceux-ci s’annoncent faramineux pour un pays en crise. Dicté par la concurrence, les opérateurs n’ont le choix que d’investir, et d’investir encore plus.

« Dans un marché ouvert, les producteurs se livrent concurrence pour gagner les consommateurs en baissant les prix et en mettant au point de nouveaux services qui répondent le mieux aux besoins des consommateurs. Pour en réaliser, les opérateurs se voient obliger d’étendre leurs réseaux et développer leurs infrastructures », commente notre interlocuteur.

Ainsi, après le rachat de Zain par Bahrti Airtel, l’opérateur indien a annoncé, dès son arrivée dans la grande île, en 2010 « qu’il ne compte pas jouer le figurant sur le marché du mobile ». La société a annoncé un volume d’investissement de 50 millions de dollars pour les trois années à venir. « Il n’est pas fortuit de voir Airtel comme étant le premier opérateur à fournir la technologie 3.75G. L’enjeu du marché se pose actuellement dans le service mobile, notamment l’internet mobile dans les grandes villes où se concentre la majorité des consommateurs », note un spécialiste du marché des télécommunications.

Entre 2009 à 2011, le volume d’investissement de Orange à Madagascar est estimé à Ar 150 milliards. Cette filiale de France Telecom a investi dans le développement d’infrastructure avec le câble Lion, reliant Madagascar, La Réunion, et Maurice. Au fil des ans, l’opérateur passe d’un simple opérateur mobile en fournisseur d’accès internet et part à la conquête du marché d’entreprise.

« Crises ou pas, les opérateurs doivent investir beaucoup pour répondre aux besoins du marché, qui est toujours en pleine mutation, et avec la présence des multinationaux et l’arrivée de nouveaux activités comme les centre d’Appels ou encore le business process outsourcing (BPO), il faut des infrastructures aux normes internationales », explique un observateur du marché.

Et comme dans beaucoup de pays africain où les infrastructures font défaut, la route, l’eau, l’électricité. La téléphonie mobile permet de réaliser d’importantes économies en termes de coût de déplacement. Compte tenu de l’état des routes et de l’importante superficie du territoire, les Malgaches ne se sentent plus éloignés de leurs familles. Aussi, grâce aux télécoms, un petit bip fait ravir aux autres. Surtout quand ceci vient du fin fond du pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s